Partager le pouvoir en poussant localisation en République Démocratique du Congo par la Charte pour le changement

Project: Shifting The Power 18th September 2017

“Nous croyons qu’il est maintenant temps pour les acteurs humanitaires de s’acquitter de certaines des excellentes recommandations découlant du processus du Sommet Humanitaire Mondial en s’engageant à apporter des changements dans leurs propres façons de travailler afin que les acteurs nationaux du Sud puissent jouer un rôle accru et plus important dans la réponse humanitaire “.

Tel est l’énoncé de la Charte pour le Changement et l’un des premiers messages que vous rencontrez lorsque vous atterrissez sur son site Web. Le sujet de la localisation de l’aide semble être sur les lèvres de tous les jours, mais ce message n’atteint pas toujours certains acteurs clés du débat. L’une d’elles était Monsieur Babi, président du Forum des organisations humanitaires et de développement (FONAHD) en République démocratique du Congo:

“Pour de nombreux participants à la réunion de la plate-forme FONAHD, c’était la première fois qu’ils avaient entendu parler de la« Localisation et de la Charte pour le changement », ainsi que de découvrir qu’ils étaient pris comme des engagements suite au Sommet humanitaire mondial en mai 2016. Nous sommes heureux du débat sur la localisation car il rencontre ce que nous avons réclamé depuis si longtemps. Nous semblons être ignorés, notre rôle dans la réponse humanitaire est sous estimé bien que nous soyons les premiers à être avec les communautés touchées. Nous sommes donc heureux de constater que le discours répond à ce que nous recherchons depuis bien longtemps”.

Monsieur Babi a partagé ses points de vue, ses espoirs et ses plans pour faire avancer le programme de localisation en République démocratique du Congo (RDC) lors d’un entretien avec le conseiller d’apprentissage de DEPP au pays, Yves Ngunzi Kahashi. Lors de la lecture du rapport sur l’état d’avancement de la Charte pour le 2016-2017, il a été surpris de constater les faibles chiffres sur l’approbation locale de la Charte en RDC:

“[…] de plus de 100 ONG locales qui ont approuvé la Charte, seulement deux sont de la République Démocratique du Congo, parmi eux un partenaire du projet Partager le pouvoir “. Il était clair pour lui que cela devait être abordé et, après avoir contacté l’équipe du Projet Shifting the Power travaillant en RDC, une réunion a été organisée avec les membres de la plate-forme nationale des ONG FONAHD afin de les sensibiliser et de s’engager à la Charte pour le changement. À l’heure actuelle, plus de 15 personnes ont signé la Charte du changement.

Après cette réunion, Yves a suivi le président de FONAHD pour discuter davantage de ses attentes et des prochaines étapes:
“Nous rêvons de voir comment les engagements seront mis en action. Par exemple, pour voir ce que représentent les 25% du financement direct aux ONG locales et nationales, cela sera-t-il un financement distinct où seules les ONG locales peuvent entrer en compétition les unes des autres? Ou sera-t-il que les ONG locales et internationales concourent en utilisant les mêmes critères pour une partie du pot de financement du fond commun? Quel sera notre rôle dans ce processus? Nous savons que nous ne recevrons pas de chèque en blanc, nous devons jouer notre rôle. ”

Toutefois, avant que ces engagements ne soient mis en œuvre, la Charte des changements doit également être approuvée par les ONG nationales membres de FONAHD, mais qu’est-ce que cela signifie en réalité?
“Pour nous, l’approbation de la Charte pour le changement signifie que nous devons convenir d’où commencer sur les 8 engagements”, explique Monsieur Babi. Que devrions-nous aborder en premier? Nous devons faire une analyse FFOM identifiant les forces, les faiblesses, les opportunités et les menaces de ceux-ci, puis nous nous convenons sur une feuille de route, à la fois pour la Charte pour le changement et pour l’agenda de la localisation dans son ensemble. Nous avons déjà commencé à s’engager avec l’administrateur de la Charte pour le changement, et très bientôt nous allons signer la charte.

L’approbation de la Charte pour le changement n’est pas la seule action que Monsieur Babi, FONAHD et Shifting the Power entreprennent en rapport avec la localisation de l’aide pour améliorer la réponse humanitaire. Monsieur Babi partage certains des domaines où ils concentrent déjà leurs efforts:
“Le plaidoyer pour inciter le gouvernement à voter pour un budget et un décret subséquent pour le financement du travail humanitaire. Nous avons déjà rédigé quelque chose à cet effet qui est analysé par un expert que nous avons consulté. Avec le projet Shifting the Power, nous organisons également un atelier du 4 au 9 septembre 2017 pour travailler sur un document d’orientation, entre autres choses”.

Le projet Shifting the Power est l’un des 14 projets qui composent le Programme de préparation aux catastrophes et aux urgences. Le projet vise à aider les acteurs locaux à occuper leur place aux côtés d’acteurs internationaux afin de créer un système humanitaire équilibré impliquant un changement de pouvoir vers des réponses locales, ce qui implique déjà beaucoup d’engagements pour la Charte pour le changement. Il renforce les capacités organisationnelles locales et nationales pour la prise de décision et le leadership dans la réponse humanitaire, aide les organisations locales à avoir une plus grande représentation, une voix et une reconnaissance dans les réseaux et les plates-formes concernés, tout en influençant les organisations internationales pour promouvoir le rôle des organisations locales et acteurs nationaux.

Comments

Sign in to join the discussion and see all comments

Better Next Time

Better Next Time is a space to safely share your failures and learnings in Disaster and Emergencies Preparedness.

This allows the entire humanitarian community to learn from your mistakes, avoid making the same ones, and come up with better solutions to similar problems.

Make it better next time